Myélofibrose (MF)

Qu’est-ce que la myélofibrose (MF)?

La MF est causée par la présence de cellules souches sanguines anormales dans la moelle osseuse. Ces cellules souches anormales produisent davantage de cellules matures, lesquelles grandissent rapidement et prennent le contrôle de la moelle osseuse, ce qui entraîne une fibrose (la formation de tissu cicatriciel) et de l’inflammation chronique. Par conséquent, la moelle osseuse perd sa capacité à produire des cellules sanguines normales et la rate ou le foie prennent la relève de la production.

 

Qui touche-t-elle?

La myélofibrose primaire (qui se manifeste seule) se développe habituellement lentement chez les personnes âgées de 60 à 70 ans. Un tiers des personnes recevant un diagnostic de MF avait préalablement reçu un diagnostic de polycythémie vraie (PV) ou de thrombocythémie essentielle (TE). On l’appelle alors myélofibrose consécutive à une polycythémie vraie (PPV-MF) ou myélofibrose consécutive à une thrombocythémie essentielle (PET-MF).

 

Comment la diagnostique-t-on?

Un échantillon de sang est examiné au microscope en vue de repérer des globules rouges en forme de larme. Le nombre et le type de globules blancs, le nombre de plaquettes et la présence de cellules sanguines immatures sont des éléments qui peuvent aider votre médecin à poser un diagnostic de MF. Votre médecin utilisera une analyse cytogénétique pour repérer d’autres signes, notamment la mutation des gènes JAK2, CALR ou MPL.

 

Quels sont les symptômes de la MF?

Puisque la moelle osseuse est incapable de produire des cellules sanguines normales, la rate ou le foie tentent habituellement de prendre la relève, mais ils n’arrivent pas à produire une quantité de cellules suffisantes. Le manque de cellules sanguines normales cause une faible numération globulaire, ce qui peut provoquer l’anémie, dont les symptômes sont la fatigue et l’essoufflement. Une faible quantité de globules blancs ou une diminution de la production d’anticorps peuvent vous rendre plus susceptible de contracter une infection. En outre, votre rate et votre foie peuvent devenir enflés (hypertrophie). Les symptômes de la MF peuvent comprendre:

  • Des symptômes d’anémie (faible quantité de globules rouges), dont la faiblesse, la fatigue, l’essoufflement, les palpitations et le teint pâle
  • Des symptômes associés à l’hypertrophie de la rate, notamment une sensation de douleur et d’inconfort sous les côtes du côté gauche du corps, une sensation de satiété, des indigestions, la perte d’appétit et la perte de poids
  • Des symptômes associés à l’hypertrophie du foie, habituellement une sensation de douleur et d’inconfort au niveau de l’estomac ou de l’abdomen
  • Des démangeaisons cutanées (votre médecin utilisera peut-être le terme prurit)
  • Une transpiration excessive, particulièrement la nuit
  • Une fièvre
  • Un risque accru d’infections
  • Des saignements ou des ecchymoses qui se présentent facilement
  • Bone pain

 

Qu’est-ce qui est à l’origine de la MF?

Au fil du temps, nous en apprenons davantage sur la MF et ses causes. Nous ne comprenons toutefois pas entièrement d’où elle tire son origine. Entre 50 et 60 % des patients atteints de MF présentent un changement (mutation) dans la protéine qui régule la production de cellules sanguines (la protéine s’appelle JAK2 et la mutation JAK2 V617F).
Une telle mutation fait en sorte que JAK2 favorise la croissance et la division des cellules sanguines, et ce, même si les besoins de l’organisme en la matière sont comblés. La voie JAK/STAT qui participe au processus de production de cellules sanguines dans la moelle osseuse devient ainsi déréglée. Entre 5 et 10 % des patients atteints de MF présentent une mutation du gène MPL, qui touche également la voie JAK/STAT. En 2013, on a découvert une autre mutation génétique, celle du gène CALR. Elle touche environ 24 % des patients atteints de MF. Une recherche en cours vise à déterminer les liens entre la mutation du gène CALR et le traitement et le pronostic des patients atteints de MF.

Ces mutations ne sont pas présentes à la naissance; elles se forment plutôt au fil du temps. Elles pourraient également être déclenchées par l’exposition antérieure à un rayonnement ionisant (un type de radiation de haute intensité, comme les radiographies médicales) ou à des produits pétrochimiques, comme le benzène et le toluène. Il est également important de noter que la MF est rarement héréditaire et qu’elle ne se transmet pas aux enfants par leurs parents, bien que certaines familles semblent la développer plus facilement que d’autres.

 

Qu’est-ce que mon médecin fera?

Votre médecin adaptera la prise en charge de votre NMP à votre cas spécifique. Lorsque vous recevez votre diagnostic, on peut vous suggérer l’approche « observer et attendre » si vous ne présentez pas de symptômes ou de complications comme l’anémie ou l’hypertrophie de la rate. Cela signifie que l’on surveillera régulièrement votre NMP et les symptômes qui lui sont associés au moyen d’examens médicaux et de bilans sanguins.

 

Quel est le pronostic?

La MF est généralement considérée comme incurable et l’évolution de la maladie peut varier considérablement d’un individu à l’autre. Chez certaines personnes, la maladie demeure stable pendant de longues périodes, ce qui leur permet de mener une vie normale, à quelques exceptions près. D’autres personnes chez qui la MF évolue plus rapidement doivent suivre un traitement afin d’atténuer leurs symptômes. Jusqu’à 20 % des cas évoluent pour se transformer en leucémie myéloïde aiguë (LMA), une forme de cancer. Si vous souhaitez en apprendre davantage sur votre pronostic personnel, vous devriez en parler à votre médecin.

 

Indicateurs de pronostic

Des médecins et des scientifiques ont mis au point des méthodes permettant de prédire le pronostic de la maladie pour les patients atteints de myélofibrose. Une de ces méthodes est appelée DIPSS (Dynamic International Prognostic Scoring System [système international de cotation pronostique dynamique]). Les facteurs suivants sont pris en compte dans le système de cotation (un point est attribué par indicateur, à l’exception de l’hémoglobine qui en compte deux)

  • L’âge: > 65 ans
  • Les globules blancs (leucocytes): > 25 X 10 9 /L
  • L’hémoglobine: < 100 g/L – DEUX POINTS
  • Les symptômes constitutionnels (fatigue, douleur osseuse, prurit/démangeaisons, etc.)
  • Les cellules blastiques: > 1%
Le risque et la survie selon le DIPSS
Score du risque (nombre de points) Catégorie de risque Survie médiane (année)
0 Faible Non établie
1-2 Intermédiaire 1 14.2
3-4 Intermédiaire 2 4
5-6 Élevée 1.5